Skip to content

«Là, où ils ne voient rien, ils s’imaginent qu’il n’y a rien». Friedrich Wilhelm NIETZSCHE

5 juillet 2008

LES PENSÉES NOIRES

.

LES AUTRES PENSÉES NOIRES

.

L’HOMME ET LA MER

.

Homme libre, toujours tu chériras la mer !

La mer est ton miroir, tu contemples ton âme

Dans le déroulement infini de sa lame,

Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;

Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton cœur

Se distrait quelquefois de sa propre rumeur,

Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :

Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;

O mer, nul ne connaît tes richesses intimes,

Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

.

Et cependant voilà des siècles innombrables

Que vous vous combattez sans pitié, ni remords,

Tellement vous aimez le carnage et la mort,

O lutteurs éternels, ô frères implacables !

.

Charles BAUDELAIRE, Les fleurs du mal

.

One Comment leave one →
  1. 3 août 2008 9:06

    Brilliant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :